Capture regard sur le Net

 

Le penseur de Rodin

 

Le penseur de RODIN (photo illustrative Web) 

Je dis tous 2

     Arrêt sur l'image : Les dangers des réseaux sociaux sur la pensée humaine

Il est temps aux réflexions il est l'heure de se réveiller, sortir de nos songes, voir en face la réalité. Elle vaut d'être vécue, respirons notre vie et vivez la !!!

 Je me suis donc réveillé d'un songe qui m'a sorti du lit de la vie, c'est à dire, la réalité après la virtualité. De cela, j'ai grandi. Pourtant ma fidélité de ma pensée reste sobre et elle peut s'ouvrir à celles ou à ceux qui m'ouvrent leurs bras et me laissent leurs épaules pour consoler ma peine.

Ma pensée d'amitié virtuelle qui est au gré du temps et des années passées à la communication de mon art la peinture, la poésie et la littérature et sans oublier la philosophie sur la toile. Le fait de contribuer au quotidien un monde virtuel ou numérique des réseaux sociaux, m'a enrichi culturellement(1). J'ai élaboré une synthèse philosophique sur un monde virtuel. Je suis arrivé à la conclusion suivante: du virtuelle à la réalité.

J'ai étudié tous les comportements et les messages qui manifesteraient votre personnalité (culturelle, intellectuelle, sensorielle, émotionnelle...) ou tout simplement votre humanité, vous vous cachez derrière le miroir de la virtualité. Au reflet d'une image pour certains d'entre vous, l'égocentrisme philosophique se cache derrière la peur de la réalité populaire. Je vous vois et je me vois en vous d'être comme vous ! Cette expression prend au fil du temps passé sur les réseaux sociaux une réalité. Cette dernière, vous devrez la corriger à distinct d'une faiblesse morale !  


En guise de conclusion et pour ne pas faire mieux ou pires en méditation, car l'artiste qui sommeille en moi me conduit soudain à la pensée positive. J'ai donc écrit ma philosophie de ma vie de A à Z à travers vous. 

  

A Paul Clodel 3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le but est d'atteindre ou de vous faire réagir sur les pensées des internautes mais aussi du monde de la réalité ailleurs que le virtuel. Le but fut donc atteint et j'analyse la situation...

Il est à savoir :

Savons-nous distinguer clairement si nous parlons de relation ou de communication ?

Ce choix ne peut disparaître quand nous ferons la disparité entre la communication (communiquer avec autrui) et la relation (lien direct, indirect ou simplement la fréquentation).

Autrement dit il ne faut pas confondre une relation par exemple ami(es) sur FB, G+, etc, avec des échanges d'idées mais pas forcément faire suivre une communication : on ne peut pas ne pas communiquer pour des raisons d'ordre de respect de l'un vers l'autre mais on s'échange des mots et des photos. C'est comme une règle d'un jeu qui est contrôlé par autrui.

Si nous inversons le rôle de communication avec celui de relation, il me semble plus conventionnelle que les gens vont affirmés et qui parle d'affirmation parlera de témoignages donc d'information. Les personnes préfèrent échanger de l'information au lieu de communiquer. Ce dernier, demande un temps de réflexion et l'homme n'aime pas penser à juste raison mais préfère agir ! Le principe n'est pas de s'inviter à l'autre mais de s'éviter le moins possible à l'action commune. Nous ouvrons nos portes pour laisser l'entrée aux autres mais pour satisfaire notre besoin d'ego, nous fermons les fenêtres pour ne pas voir la lumière.

Dans la relation, l'information est assujettie par le locuteur et endure par l'auditeur. Hors que dans la communication l'information est proposée par l'émetteur et accueillie par le récepteur.

Dans une relation humaine on pourra dire que l'information passe très mal Pour qu'un échange soit efficace, et pour que l'information passe,  il faut que celle-ci soit proposée par l'un et accueillie par l'autre.

Par conclusion "Nous ne pouvons pas communiquer avec sincérité car nous attendons des relations communes et constructives à nos besoins personnels !"

La virtualité tue t-elle la réalité sur le net !

 J'ai remarqué que notre système de communication est bien différente de notre pensée! L'Amitié qui s'inscrit avec un grand "A" n'existe que partiellement ! Aujourd'hui le net n'est pas plus "honnête" et tous les praticiens de (FB) ou divers réseaux le savent bien qu'il n'y a pas de vrai amitié mais d'une amitié virtuelle! Je ne vais pas revenir sur ce sujet qui était mentionner précédemment, mais elle me sert d'introduction aux études que j'ai entrepris, en avale, pour faire ma propre réflexion de pensée à autrui ...

 « L'Amitié n'est pas celui qui vous dit bonjour chaque matin mais celui qui vous croît et vous estime pour vos talents et bien d'autres… »

 En résumant la problématique du copiage et du partage sur les réseaux, il est évident qu'à notre âge, passant la quarantaine ou plus que nous ne sommes plus à définir nos « pensées d'ados » mais notre besoin d'exister à autrui nous le révèle sa présence . Aussi, (FB, G+, T) ne sont à mon avis qu'un matériel qui teste intelligemment notre personnalité. Ce dernier, de part son contexte lié aux techniques les plus intelligentes du système de réseau social. Cependant, il vous permets de vous connaître en profondeur ! D'autre part, le fait de partager vos idées, tout en prenant votre temps au quotidien, introduit une violation de vos geste les plus intime comme bêtement de savoir qu'est-ce que vous manger ce soir !

De façon libre et sans contrainte votre cerveau effectue un maximum de donner qui dans la vie réel ne se reproduit pas et par peur de savoir sa personnalité. L'engrenage d'un réseau n'est utile pour vous faire penser que vous exister en tant qu'une star de toujours. Il est probant de saluer que votre existence, en tant qu'utilisateur n'est la joie de vos supérieurs qui feront profit ! Certes vous et moi nous ne réfléchissons pas au danger de ces réseaux parce que nous avons une dépendance et qui nous oblige à y adhérer ! Bien sur nous sommes devenus des stars parce que le système nous a donné la possibilité de le croire ! J'ai bien dit de le croire ! De même, il est important, de temps à autre, de se contrôler et aussi parfois de se tester...

 Je vous laisse perplexe et je vous brouille l'esprit mais faire un tel point sur nous même, (avec les outils de connexions que sont les réseaux sociaux), n'est peut-être qu'un début de claire voyance. Il faut que nous prenions, enfin, conscience d'un réel danger moral pour le bien de notre psychisme !

Pour en savoir d'avantage, sur le danger plus que réel de la virtualité, je me suis pris comme cible et je vous transcris mes propres réflexions !

 

Ma philosophie de la vie: Le meilleur de soi, c'est d'être bien en soi-même !

Nous vivons dans un monde qui nous invite à toujours faire mieux, à être plus… Est-ce que mes recherches sur « le meilleur de soi » s’inscrivent dans ce courant ? Ou est-ce qu'on devient un moraliste ou un philosophe sans avoir été ou bien d'opter pour l'essai de la moralité populaire, vers un passage de la Métaphysique des mœurs à la Critique de la raison pure pratique (Emmanuel Kant).

"Dire la vérité n'est donc un un devoir qu'envers ceux qui ont droit à la vérité. Or nul homme n'a droit à la vérité qui nuit à autrui" (Benjamin Constant)

C'est peut-être moi, celui qui tapisse de A à Z des phrases d'un genre littéraire qui ressemble à de la philosophie sans être !  

Mes études de vos comportements sur les réseaux vont vers sa fin. Il me reste peu de mois pour s'arrêter définitivement d'être présent sur les réseaux.

 

Pour des raisons de protection « de la pensée intellectuelle » je me soumets à l'abandon de ma mission qui est d'ailleurs une "mission impossible". De même, tous les vidéos successibles d'être une preuve seront éliminées.

 

Pour conclure : c'est à présent vous de réfléchir...

 (1) En philosophie, le mot culture désigne ce qui est différent de la nature, c'est-à-dire ce qui est de l'ordre de l'acquis et non de l'inné. La culture a longtemps été considérée comme un trait caractéristique de l'humanité, qui la distinguait des animaux. 

 

Je vous remercie et j'espère recueillir vos réactions sur ce sujet ...

Paul Clodel